L'étude des différents sites mégalithiques nous fait apparaître cette nécessité qu'a eu l'homme des mégalithes de percevoir et comprendre le monde dans lequel il vivait.

Le trait remarquable et toujours visible de nos jours, est évidemment son approche de l'astronomie. En effet à Locmariaquer, il a fixé sur Terre l'image du ciel qu'il voyait en mouvement, mouvement issu de ces grands cycles cosmiques, mouvement de la Lune et du Soleil et bien sûr de l'ensemble du ciel autour de cette étoile fixe "Polaire" axe de rotation du système apparent.

Un personnage est assis de nuit en un point sur terre. Son regard vise la Polaire : le Nord. Autour de ce point, l'ensemble du ciel tourne. Les différentes constellations apparaissent ainsi que certaines planètes. Plus tard vers le petit matin, une lumière orangée apparaît sur sa droite, et petit à petit la nuit disparaît et l'astre du jour apparaît à l'horizon.

La lumière de plus en plus importante du soleil éclaire le lieu sur lequel il est placé : un disque de terre délimité par l'horizon du ciel.

Doucement, le Soleil continue sa course passe vers le sud et à midi se trouve à peu près dans le dos de l'observateur, il le perçoit grâce à sa propre ombre dirigée vers le Nord. Continuant son cycle, le Soleil va se coucher à gauche, symétrie du point d'où il s'était levé.

La nuit réapparaît et de jour en jour, l'observation va se poursuivre. Le lendemain matin, il se rend compte que le soleil ne se lève plus au même endroit, il va donc suivre les différents levers et couchers du Soleil.

Le Soleil se lève toujours vers l'est mais ce point de lever se déplace vers le Nord: les jours rallongent et les nuits diminuent nous allons vers l'été. Mais ce mouvement de déplacement des levers vers le Nord va s'arrêter, ce moment s'appelle le solstice d'été en cette date, le soleil se lève au nord-est et se couche au nord - ouest.

Après cela, les levers et couchers du soleil reprennent le chemin opposé en passant à l'équinoxe d'automne où il se lève rigoureusement à l'est et se couche à l'ouest.

Il continue sa course vers le sud pour arriver à cet autre point remarquable du solstice d'hiver.

A cette date, il se lève au sud-est et se couche au sud-ouest.

Ce disque d'horizon dont l'observateur est le centre, est donc marqué par quatre points que sont ces levers et couchers du Soleil aux solstices d'hiver et d'été. Points remarquables car extrêmes du mouvement du Soleil. Reliant par la pensée ces points, un immense rectangle s'inscrit dans le cercle d'horizon mais gravé sur terre.

Ce rectangle remarquable est l'image fixée au sol du mouvement du Soleil.

Mais fait remarquable et voulu par l'observateur, ce rectangle solaire observé en ce lieu sur terre a des proportions bien particulières.

En effet, sa longueur, sa largeur et sa diagonale sont dans des proportions 3-4-5, succession de nombres entiers, intention remarquable de ces hommes qui ont cherché quel était sur terre le lieu où l'observation pouvait s'exprimer grâce à une géométrie fort simple. il faut signaler qu'à la latitude de 56° le rectangle solsticial, est en fait un carré).

Mais si l'homme des mégalithes a fixé ce mouvement du Soleil par l'intermédiaire de ce rectangle solsticial, selon un plan horizontal, il a également perçu ce mouvement selon un plan vertical s'exprimant par la propre ombre de l'observateur, cette ombre fluctue d'heure en heure et de jour en jour. Le moment privilégié où cette observation peut se faire n'est ni au lever ni au coucher du Soleil mais à environ midi là ou le Soleil coupe la ligne Nord-Sud. A cette heure le Soleil est au Sud, donc au dos de l'observateur. Au solstice d'été, le Soleil est le plus haut dans le ciel donc à midi, l'ombre est la plus courte de la journée. Allant de l'été vers l'hiver, de midi en midi, le Soleil semble descendre pour être le plus bas au solstice d'hiver. L'ombre est la plus grande de l'Année.

Si l'observateur était debout, cette ombre ferait 5,3 m ce qui correspond à un homme de 1,7 m environ soit un dixième de la hauteur d'Er-Groah. En été elle ne fait que les 3/7 mais uniquement à cette latitude. Ce sont ces différentes observations que nous retrouvons à Locmariaquer. Ce n'est plus l'homme qui est au centre du cercle de l'horizon mais le menhir Er-Groah de 17 m de haut.

Retour au sommaire